Hatik

samedi 27 Août 2022 - 22h15

RAP

On le savait, Hatik est un vrai boulimique : seul le travail paye, le reste n’est qu’éphémère.

Son succès intergénérationnel est unanime. Hatik est dans les playlists de toute la famille et parle à tout le monde tant l’éventail de sa musique est varié : on le retrouve sur des feats avec des figures du rap comme Médine ou Sofiane, titres issus de son projet “Chaise Pliante” cumulant aujourd’hui presque 200,000 ventes grâce à ses nombreux titres, dont les hits incontestables “Angela” et “La Meilleure” ; et tout cela ne l’empêche pourtant pas de collaborer avec Amel Bent sur le titre “1, 2, 3”. Les frontières des genres se délient et ce, pour notre plus grand bonheur car le titre est une réussite et cumule aujourd’hui près de 50 millions de streams. À tout cela s’ajoutent son rôle du très regretté Apash dans la série à succès de Franck Gastambide “Validé”, une nomination aux Victoires de la Musique et une seconde nomination aux NRJ Music Awards (cette fois dans la catégorie artiste masculin de l’année et collaboration de l’année). Rien ne l’arrête, la machine est lancée.

Après être passé de la colère, à la joie, tout en essuyant quelques litres de larmes avec “vague à l’âme”, un premier album aussi riche que multiple, Hatik nous régale avec la suite, “noyé”. Et c’est littéralement noyé qu’Hatik raconte l’amour, cette fois-ci sous le prisme de la déception, de la rupture et de la nostalgie. Il est submergé par des torrents
d’émotions, et ça résonne en nous. Le premier extrait éponyme, en est un plutôt bon résumé : il revient à ses premières amours, le rap mélodique et mélodieux, et prouve une bonne fois pour toute qu’il sait rapper mais pas seulement : il rappe avec une émotion brûlante de sincérité.

Car on le savait, Hatik est certes un comédien né, mais aussi un artiste écorché vif.

Et comme Hatik ne peut pas faire qu’une seule chose à la fois, il dissémine dans son projet des morceaux plus pop, qui font définitivement partie de son ADN, avec « sos », « oulalala » et « ça suffira » où s’invite la merveilleuse Eva. Un morceau chaleureux et dansant, mais soulevant les éternels problèmes de communication dans une vie de couple, entre un homme et une femme qui ne se comprennent pas. 

Des feats, il nous en offre un second avec l’immense Slimane. Cette collaboration était presque écrite. Slimane fait l’honneur de prêter sa voix sur « y’a rien », valse au piano dans laquelle leurs voix se marient à merveille. Et c’est avec beaucoup de poésie que les deux artistes chantent la détresse amoureuse dans une complainte mélancolique. Si le projet reste encore une fois produit et réalisé dans sa totalité par Medeline, ce titre composé par Yaacov et Meir Salah clôture l’album en apothéose. 

Devenu véritable spécialiste du sentiment amoureux dans ses aspects aussi doux qu’amers, ce sont 11 titres qu’Hatik nous offre où l’on se prépare à pleurer, s’énerver, danser un peu, repenser beaucoup à son ex, à remettre en question son monde tout simplement. C’est la sensation inévitable après avoir écoute un album, et encore plus après avoir écouté « noyé » : nous bousculer dans nos émotions et nous foutre la chair de poule. 

Olivier Cachin

AUTRES ARTISTES